DERNIÈRE MINUTE

RUBRIQUES






NOS ADHÉRENTS

73 membres actifs à ce jour

CONTACTS

Blandine BORENCE
9 place Saint-Médard
72110 St-Cosme-en-Vairais
Tél. 02-53-63-90-51

BULLETIN DE LIAISON

LIENS

RÉSEAUX SOCIAUX




INFO SITE



visiteurs à ce jour

Dernière mise à jour
le 19 octobre 2020

Conception/Réalisation :



[Accès Espace privé AML]






Accès à la fiche de
(biographie, bibliographie...)

Je suis une femme et alors !

Être femme ne me rend pas vulnérable ni exploitable.
J’ai les mêmes droits et besoins que les hommes,
aux tâches domestiques je ne suis pas limitée,
vivre avec moi c’est aussi partager.

Etre une femme ne signifie pas crouler sous la charge mentale,
de temps en temps j’aimerais être soulagée,
prendre soin de moi, respirer,
car on vit tous ensemble dans le même foyer.

Je pousse un cri pour les salaires,
j’aimerais que la loi soit appliquée, égalitaire.
A travail égal, paye égale,
Oui, je suis une femme et alors ?!

Ce n’est pas parce que je suis une femme,
que je dois la fermer !
Non, j’ai le droit de parler,
car c’est la même loi pour le féminin et le masculin.
Oui, je suis une femme et alors ?!

J’ai envie de voir mes semblables,
dans les conseils d’administration,
dans les plus hautes instances,
et en poste à hautes responsabilités,
qu’elles montrent leurs compétences,
Nous sommes des femmes, et alors ?!

Au lieu de nous voir uniquement comme des femmes,
voyez-nous comme vos mères, vos sœurs,
vos tantes et vos cousines.
Oui, nous sommes des femmes et alors ?!

Regardez-nous, comme vous, nous sommes capables,
n’essayez pas de nous diminuer, nous rabaisser,
mais traitez-nous à égalité,
nous sommes femmes, nous avons besoin d’être rassurées,
de garder la liberté, d’être élevées
et par-dessous tout aimées !


A La campagne

Je suis né dans un petit village,
et cela me va bien,
ce qui me gêne,
ce sont les préjugés sur ma personne,
ma famille et mes proches.

Vivre à la campagne,
c’est respirer le grand air,
c’est s’émerveiller devant les animaux,
cela ne signifie pas être « un bouseux »,
les gens comme moi
sont très heureux.

Certains aliments que vous aimez manger
viennent de chez nous, à la campagne
La viande, le lait, le fromage…
proviennent de nos élevages,
les légumes et le blé
viennent de nos terres cultivées.

Nous avons aussi la télé,
Nous sommes connectés même si nous semblons éloignés,
nous ne sommes pas coupés du monde,
Je suis né et habite à la campagne,
mais cela ne me rend pas inférieur,
au contraire cela me remplit de bonheur.


Mon orientation sexuelle n'est pas un problème

Ma sexualité ne concerne que moi,
si je suis homo,
je ne suis pas pour autant malade,
ce sont vos commentaires et regards
qui me blessent.

Sachez que des mots comme
pédé, gouine, tarlouze et autres,
ces mots qui vous font rire
ne me font pas plaisir,
mais me remplissent de tristesse.

Je suis triste
de voir que vous êtes fermés, égoïstes,
et combien vous faites preuve d’intolérance
face à ma préférence.

Laissez mon orientation sexuelle,
c’est mon moi profond, mon intimité,
cela me concerne en premier.

Je ne viens pas dans vos vies m’immiscer,
c’est mon orientation sexuelle
et j’ai le droit de la vivre sereinement.

Je souhaite un monde fantastique,
apaisé, et pas un monde fantomatique
comme on le voit trop souvent.
Je veux vivre ma sexualité librement !


Oui, je suis blonde et alors ?

Je suis une blonde et pas ta blonde !
Rien ne te permet de me sous-estimer,
et de penser que je suis à ta portée.
Oui, je suis blonde !

Ma couleur de cheveux ne signifie pas que je suis une imbécile, une fille facile,
je fais ce que je veux, avec qui je veux,
et cela ne regarde que moi, loin des propos hostiles,
oui, je suis blonde.

Quand le métro est bondé,
ne te colle pas à moi,
ne promène pas sur moi tes mains immondes
Oui, je suis blonde.

Je suis blonde et j’ai des sentiments,
Je suis une femme comme les autres,
Inutile de me sonder, de me siffler,
juste parce que je suis une blonde!


Mon Obésité ne me prive pas de mes droits

Des kilos de plus ne justifient pas d’être rejeté,
j’ai les mêmes droits que vous tous,
cessez de faire référence à mon physique !
Les obèses n’ont pas à se cacher.

J’ai le droit d’aller à la piscine,
comme les silhouettes plus fines,
sans que mon obésité par vos yeux ne soit visitée.

J’ai le droit de m’habiller à ma taille,
sans que vos commentaires en morceaux ne me taillent,
en me traitant de « gros».

Je peux postuler aux métiers qui vont avec mes compétences,
sans que l’on me rappelle que j’ai des kilos superflus,
ceux qui n’ont pas l’intelligence de me respecter,
ayez au moins la décence de garder vos bouches cousues.

Je suis une partie intégrante de notre société,
et je ne dois pas vivre à sa marge.
Obésité est synonyme de normalité,
Faites preuve d’esprit plus large !


Le Gris

Je m’appelle Wissam et je suis né à Laval dans le 53.
Je suis français et je ne connais que ce pays,
j’y ai passé toute ma vie.
Je paye mes impôts comme chacun,
je me lève tous les matins pour aller gagner mon pain.

Je m’appelle Wissam,
ne me nomme pas « Le Gris »,
ni « le Rebeu ».
ou pire « le bougnoule »  ou « le Terroriste »,
toutes ces insultes qui m’attristent !

Je m’appelle Wissam
Je vis comme toi,
Je respecte  les femmes !
Et si je ne mange pas de porc, si je ne bois pas,
c’est mon choix.

Je crie quand on m’appelle « Le Gris ».
Cela me tétanise, me terrorise,
Mon apparence physique ne me détermine pas.
Je m’appelle Wissam, un Français à part entière,
et pas entièrement à part !


Handicapé, je ne l’ai pas choisi

Je ne suis pas né handicapé,
je marchais comme toi avant,
mais à l’âge de six ans,
j’ai été frappé par la poliomyélite.

Par manque de vaccin, ce fléau m’a envahi trop vite,
il m’a frappé sans retour, mais je reste vivant,
je ne me résigne pas,
je suis handicapé, mais refuse cette étiquette toujours mise en avant.

Je suis handicapé physiquement,
je dois continuer à vivre autrement,
j’ai des ambitions comme vous,
je suis capable d’en faire un atout.

J’aurais aimé pouvoir au sol ancrer mes pieds,
mais je ne peux pas
je ne l’ai pas choisi,
Pour vivre j’ai besoin d’être accepté,
Que tous les endroits pour moi soient aménagés.

Ne me prends pas pour cible,
pour mon fauteuil, les lieux doivent être accessibles,
car n’importe qui peut être comme moi touché,
la société doit tous nous intégrer.


Ton Dieu, c’est le mien aussi

Je vais à l’église,
et toi tu vas à la mosquée.
Elle va à la synagogue,
mais nous prions tous le même Dieu.

Chacun l’appelle à sa manière.
Seigneur, Mungu, Allah, Allohim,
Javeh, Imana, God, Nzambe…
Ton Dieu, c’est le mien aussi !

Nous sommes croyants, athées, agnostiques,
L’important c’est nos valeurs,
quelle que soit la religion, les croyances,
ce qui compte c’est la recherche du bonheur.

On invoque le même ciel,
recherche spirituelle.
Quand on est malade,
ou quand on veut la pluie.
Ton Dieu c’est le mien aussi !

Chacun a ses traditions,
ses petits rituels,
la religion ne doit pas diviser,
c’est mon Ciel, ton Ciel,
le même ciel pour tous.


Ne m'appelle pas la "black"

Je ne vous appelle jamais « white »,
alors, ne m’appelez pas « black » !
Je n’entends jamais « yellow » ou « pink ».
Ici c’est la France et pas les États-Unis ou l’Angleterre !

Je suis noire et c’est le seul mot qui me va.
Pas « blakos » « négro » ou « renoi » !
Je déteste aussi « queblan », « babtou » et « chintok ».
Je préfère utiliser les bons termes blancs et chinois.

Tous ces mots étrangers au français,
viennent juste attiser la haine,
c’est toujours la même rengaine
Ne me dites pas que c’est pour rire, pour embellir.

Ce n’est qu’un prétexte,
c’est hors contexte,
puis ça devient péjoratif et blessant,
et enfin c’est discriminant, voire violent.

Je ne suis pas « la black »
Cesse tes attaques,
de grâce je suis noire,
noire et rien d’autre !


La banlieue

La banlieue, ce dépositoire d’êtres humains,
cet endroit où les diplômés finissent vigiles,
où les infirmières deviennent femmes de ménage,
où on appelle les enfants « racaille » dès la naissance
cet endroit qui n’est que décadence.

Les boîtes aux lettres sont défoncées,
et les pompiers ne veulent même pas y aller.
Les établissements scolaires sont mal équipés
Les toilettes du RER sont toujours fermées !

Malgré tout, en sortent des grands,
Des Kerry James, des Rama Yade
des Ngolo Kanté, des Jamel Debouzze
Des Aissa Maiga, des Ladj Ly…

Des jeunes qui intègrent l'ENA et Sciences Po !
Des fonctionnaires de l'État malgré les barrières, aller plus haut !
Avec très peu de moyens et de soutien, on réussit en se donnant du mal !
Oh, la banlieue, cet endroit où l’intolérable est devenu normal.

Sous le silence et la complicité des autorités,
on ne s’indigne plus, on laisse passer.
Oh, la banlieue, l’insupportable est devenu supportable, voire acceptable.
Ne stigmatisons pas les banlieusards
Laissons leur de l’espoir.


Ma jeunesse ne doit pas être un fardeau

Ma jeunesse ne doit pas me pénaliser.
Je vous demande de me guider
au lieu de me soupçonner.
Mon âge n’est pas ma personnalité.

Quand nous entrons au supermarché,
nous venons en tant que clients.
Nous avons dans nos poches notre argent,
Dûment gagné parce qu’on a travaillé.

Nous ne sommes pas des voleurs présumés.
Les nuisances sonores ne proviennent pas de nous,
si nous nous habillons parfois pour attirer l’attention,
c’est surtout pour nous un signe d’intégration.
Nous avons des cours à réviser, des examens à préparer,
c’est cela notre première préoccupation.

Nous sommes jeunes,  pas irresponsables,
apprenez à nous faire confiance, c’est préférable
aidez-nous à grandir au lieu de nous rabaisser,
et à notre tour, on aidera les plus jeunes,
être jeune ne doit pas nous pénaliser.


C'est ma propre façon de parler

Mon accent, c’est mon éducation,
mon accent est doux comme une chanson,
je l’ai hérité de mes parents
et j’en suis fier
car c’est mon identité.

La France est un pays métissé,
nous ne parlons pas tous de la même manière,
nos différences font notre beauté,
richesse de la diversité.

Au lieu de se moquer des accents,
on doit s’en réjouir.
Nous sommes des individus,
et chacun a ses particularités.

Nous sommes Bretons, Normands,
Basques, Antillais, Parisiens,
Banlieusards, Corses…
Mais nous sommes tous français !

Faisons des efforts pour nous comprendre
en tant que pays, nous devons vivre ensemble.
Pas de moquerie sur les accents !
Mon accent, je l’aime ! Et vous ?


Métisse

Je suis métisse
de deux cultures,
je suis le mélange,
richesse des échanges.

Je suis métisse,
mes liens ont été tissés
par l'union de mes parents,
qui semblent si différents.

De mes origines,
chaque jour j'apprends.
Je parle deux langues
qui personnifient mon accent.

Ne te moque pas de mon métissage,
ouvre ton esprit vers de nouvelles images,
des images qui colorent la vie.



© 2020 AUTEURS DU MAINE ET DU LOIR
Reproduction interdite sans autorisation